La résistance s’organise autour du projet de centre commercial EuropaCity

EuropaCity le projet
Le projet EuropaCity se heurte à une opposition bien décidée à en découdre.

Le projet de centre commercial géant EuropaCity porté par Immochan (filiale immobilière du groupe Auchan) et le groupe chinois Dalian Wanda fait des vagues. Trop grand, trop coûteux en terres agricoles, inutile face à un parc commercial déjà riche sur la zone… Les riverains disent non et une pétition circule.

EuropaCity serait-t-il le projet commercial de trop en région parisienne ? Aux dires de ses détracteurs, cela ne fait aucun doute. Et le ton monte à mesure que le projet gagne des points. Manifestations, pétitions, articles de presse, reportages TV et radio… EuropaCity déchaîne les passions et prend un faux air de Notre-Dame-des-Landes !

Un projet titanesque de plus de 3 milliards d’euros

« EuropaCity est un projet français inédit et d’intérêt national d’un montant d’investissement privé de 3,1 milliards d’euros. Développé à l’échelle d’un quartier, EuropaCity proposera, dès 2024, une nouvelle destination de loisirs, librement accessible à tous les publics, entre Paris et l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle. » Voila comment les initiateurs du projet, Immochan la filiale immobilière du groupe Auchan et son partenaire chinois, le groupe Dalian Wanda, présentent ce projet. Dans le détail,. EuropaCity se définit comme un équipement unique au monde, proposant une offre diversifiée à la fois ludique, commerciale, et culturelle. Conçu comme une vitrine de la richesse et de la diversité culturelle de l’Europe, il s’intègre dans le Grand Paris, sur le territoire du Grand Roissy au niveau du Triangle de Gonesse. Ce nouveau pôle qui devrait ouvrir à l’horizon 2024 comprendra 150 000 m² de surfaces de loisirs dont un parc à thèmes, un parc aquatique, ou un parc des neiges et un parc d’aventure ; 50 000 m² de surfaces culturelles dont une salle circulaire pouvant accueillir un cirque permanent, une salle de spectacles, une grande halle d’expositions, un espace culturel à destination du jeune public ; 2 700 chambres d’hôtels ; 230 000 m² de surfaces commerciales ; 10 hectares de parc urbain ; 100 000 m² d’espaces à usage public ; 7 hectares de ferme urbaine ; 20 000 m² de restaurants ; 20 000 m² pour les congrès et séminaires.

Les opposants montent au créneau

Face à ce projet pharaonesque, les opposants s’organisent autour du Collectif pour le Triangle de Gonesse. Cette association s’est constituée en mars 2011 en réaction à l’annonce du projet de centre commercial et de loisirs « EuropaCity », sacrifiant 80 hectares de terres agricoles fertiles du Triangle de Gonesse. Il regroupe aujourd’hui une quinzaine d’associations, dont quatre départementales qui multiplient les actions pour contrer le projet EuropaCity. Leurs arguments ? Trop c’est trop !   Et les opposants à majorité écologistes d’égrainer les surfaces commerciales déjà ouvertes et les projets en cours sur la zone : Aéroville sur 84 000 m², Paris Nord 2 sur 30 000 m², Zac des tulipes 79 hectares, Colisée le projet de stade concerts, Aérolians sur 200 hectares, O’Parinor sur 90 000 m², ITC un projet de 317 000 m² de centre de congrès, concerts, commerces, hôtels… « Pour l’ensemble de l’Ile-de-France, le grand commerce représente près de 1 800 établissements. La surface totale de plancher occupée par ces commerces est, quant à elle, considérable puisqu’elle atteint 5,8 millions de m². Source : Etude APUR« . Actuellement en pleine enquête publique dans le cadre de la révision du PLU de la ville de Gonesse (du 29 mai au 30 juin 2017), le collectif lance une pétition et invite les militants à se mobiliser massivement contre EuropaCity. Cela sera-t-il suffisant ? Nul n’est moins sûr… Cependant, comme ce projet s’appuie sur le vaste projet de Grand Paris, sa construction dépend aussi de celle du Grand Paris Express qui devrait desservir le site par la Ligne 17 du métro de Paris et par le « barreau de Gonesse » en reliant la ligne D à la ligne B du RER d’Île-de-France. Là encore, le projet avance mais lentement ce qui aura peut-être pour effet ricochet de rallonger la procédure entourant la construction d’EuropaCity.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*